TOP 20

Le texte français suit le texte anglais.

The purpose of this heading is to help those not very familiar with the genus Ophrys, and who could easily get lost within so many latin names, to find their way in all the slides present on the site.
It will allow them to see a score of about twenty pictures choosen for their beauty, and displaying, as far as possible, every aspect of genus Ophrys.
No attention was paid to the classification: the plants will be geographically listed.
We shall begin with two of the five species present in middle and northern Europe, to go on with plants from the main Mediterranean countries : Spain and Portugal, France, Italy, Greece and Turkey.

Just click the underline name of the plant at the beginning of the line, to see the slide.

No more than five species of Ophrys reach middle Europe. Among them
O. insectifera, here snapped in Germany, and
O. fuciflora shown with its pollinator Eucera longicornis and photographed in the North of France by Eric Walravens. This is the species you saw on the HOMEPAGE of the site.

As you travel south, the number of Ophrys species dramatically increases.

So let's begin our Mediterranean journey with Spain and Portugal.
The Iberian peninsula is on the western end of the Mediterranean bassin, so the number of Ophrys species is somewhat reduced over there. Anyway, some very interesting ones do occur, such as
O. atlantica, which also exists in North Africa, is here snapped in Andalusia. Unfortunately this is a quite old photography, but I have no better one.
O. fusca was originally described from around Lisbon, Portugal, where this slide was made.
Both these species are in the subgenus PSEUDOPHRYS. The two next ones belong to the other subgenus, EUOPHRYS.
O. picta, a species with small flowers is seen here in Algarve, South Portugal, and
O. subinsectifera, endemic to the north of the peninsula, just south of the Pyrenees. Marc Walravens made this slide in Navarra.

Let's now travel further east, and reach the very Ophrys rich South of France, where many beautiful species exist in Languedoc and Provence. To select just a handful is quite difficult, but have a look at these ones.
O. catalaunica is described from Catalonia, hence its name, but the species also exists north of the Pyrenees, where it is sometimes called O. magniflora. The slide is done in the departement of Aude.
O. linearis is here snapped in the departement of the Bouches-du-Rhône.
O. lutea, the yellow Ophrys, also grows in other western Mediterranean countries and is replaced further east by other species. This one was flowering in the departement of Var.
O. philippi is endemic to the country around Toulon. Discovered in the middle of the nineteenth century, this species was "lost" for almost 100 years and only turned up very recently.
O. splendida really deserves its name. It is seen here in the departement of Var.
Many other species exist in the South of France, and some other very nice and interesting ones, in more northern parts of the country, as well as in Corsica.

We now reach Italy, which can boast of a greater number of Ophrys species than any other country. Needless to say that it's still more difficult to choose here than in France, and I shall just show you a selection of the most striking plants.
O. bertoloniiformis is endemic to the Gargano promontory in Apulia.
O. biscutella grows in the same region of the south-east of the country. It was also snapped in the Gargano, in April.
O. montis-leonis comes from the west coast of Italy, in Tuscany. The plant illustrated is a hypochrome variety, devoid of any pigment.
O. pollinensis belongs to the same group as O. biscutella but grows on the west coast, more to the South, in Campania and Calabria. The picture was made in the Cilento, south of Naples.
O. tardans is an extraordinary, late flowering species. This photography was taken by Pierre Delforge in Apulia.
O. benacensis is a very nice Ophrys, at home between the Como lake and the Garda lake, from where comes this slide.
O. benacensis x O. insectifera. I can't refrain showing you this wonderful hybrid of O. benacensis and O. insectifera. It was snapped close to the Garda lake, and to discover a natural hybrid is always a great joy for any orchidologist. It's name is O. x daneschiana.

The two large Italian islands of Sardinia and Sicily have a very interesting orchid and Ophrys flora, with some magnificent endemic species.
O. chestermanii, a splendid Ophrys with very large, dark flowers is endemic to Sardinia and this slide was taken close to Iglesias, in the south-west of the island.
O. normanii grows exactly in the same region as O. chestermanii, and is also endemic to Sardinia.
O. lacaitae is one of the most beautiful Ophrys. It's not a rare plant in the south of Italy, but, as it flowers very late, most people looking for orchids over there in April usually miss it, and for years it was thought to be extinct. This one was seen by Marc Walravens in Sicily.
O. mirabilis is a very rare Pseudophrys, endemic to Sicily, where, like O. lacaitae it flowers on the late, in May.

Let's go to Greece!
Here too, there are scores of wonderful Ophrys, and making a selection is also a rather tricky job. We are now in the eastern Mediterranean bassin and the Ophrys flora is very different from what it was more to the West. New groups appear and the speciation is furthered in the many islands of the Greek archipelago. Let's begin on the continent; but I shall limit myself to three species, saving space for the island ones.
O. ferrum-equinum is a common Greek species photographed here in Messinia, in the Peloponnese.
O. helenae is one of the most striking Ophrys with its nice cherry-red labellum devoid of any pattern. It grows in the north of Greece and was photographed by Pierre Delforge in Epiros.
O. tenthredinifera has a very broad distribution in the Mediterranean bassin, from Portugal to Turkey! This plant was growing in Lakonia, in the Peloponnese.

Crete, Rhodes and the Dodecanese, Lesbos, the Cyclades, Corfu and the Ionian islands; the world of the Greek islands is a fascinating one, and so is it with its Ophrys species too. Every large island, and many of the smaller ones, have their endemic species. I shall regretfully limit myself to just a few of them, but you will find others elsewhere on the site.
O. andria is endemic to the island of Andros in the Cyclades.
O. basilissa is an early flowering species. It was thought to be endemic to Crete, where this picture was made in February, but was also found on the islands of Naxos and Patmos.
O. cretica is a common and highly variable species from Crete.
O. lesbis is snapped here on Lesbos, where it was originally discovered, but also grows in Turkey.
O. regis-ferdinandii is one of the blue orchids, a color singulary rare in the orchid world. This photography was made on Rhodes.
O. reinholdii is seen here on Rhodes where it is a common orchid, flowering very well even during "bad" years. It's also frequent in continental Greece.

Now we are in Turkey!
On the huge Anatolian plateau, orchids and Ophrys abound. But they face an unexpected threat! People ruthlessly dig them up to dry their tubers, reducing them to a powder called "salep" which, unfortunately, improves greatly the smoothness of ice-cream. So it is now very difficult to find an Ophrys or any other orchid with tubers in Turkey. But they survive in the old churchyards where everything is protected. So any orchid trip in Turkey soon turns into a churchyard rally.
This practise threatens many Turkish orchids with extinction, and this in general indifference! Well, I know it's very difficult to change habits. What should we say, would picking of mushrooms or blackberries become suddenly illegal? But at the times we live in, with protection on fashion, would it not be possible to create, in such a large and superb country, some nature reserves where flora would be fully protected? I had a dream! Some very distinctive species evolved over there and belong now, I repeat, to the most threatened orchids in the world, like
O. cilicica, certainly one of the most elegant Ophrys with its very narrow labellum. It was photographed by Pierre Delforge around Diyarbakir.
O. climacis is a splendid species, discovered as recently as 1998 around Antalya, in the south of the country.
O. isaura is a very rare species. It's largest known population was recently raided by the salep gatherers. So it's still more rare now, and perhaps faces extinction! The slide was made in the Antalya province.
O. schultzei, a very distinctive oriental species, is shown here in the Hatay province, close to the Syrian border.
Photographies of the three last species are due to Karel Kreutz.

And our tour goes to its end with two species from Cyprus.
Aphrodite's island is blessed with a wonderful orchid flora, noted for its oriental influences. Some outstanding Ophrys occur here, like
O. elegans, endemic and photographed not very far from Nicosia.
O. kotschyi, also endemic to Cyprus, is a splendid Ophrys indeed.

Well, it's all over now! I hope you enjoyed your travel to Ophrys country!
I promised you 20 slides, you've got a bonus of 17! Come again as often as you like, there are lots of other species illustrated on this site, and scores of slides and photographs you may discover whenever you want.

Thank you for being with us!

L'intérêt de cette section est de permettre aux visiteurs qui ne connaissent pas bien les Ophrys d'avoir un panorama aussi complet que possible du genre en une vingtaine de diapositives, choisies parmi les plus jolies du site.
Cela leur évitera de se perdre dans tant de noms latins et plus de 500 diapositives.
Aucune attention ne sera accordée à la classification, les images étant présentées sous la forme d'un voyage fictif dans les pays les plus riches en Ophrys.
Nous commencerons par quelques plantes d'Europe moyenne, pour continuer dans les principaux pays méditerranéens, du Portugal et de l'Espagne à la Turquie et à Chypre.

Pour voir la diapositive, cliquez le nom de la plante, souligné au début de la ligne.

Seules cinq espèces d'Ophrys atteignent l'Europe moyenne aux latitudes de la Belgique et du Nord de la France. Parmi elles
O. insectifera, photographié ici en Allemagne, et
O. fuciflora que vous voyez avec son pollinisateur Eucera longicornis, photographié dans le nord de la France par Eric Walravens. C'est l'espèce que vous avez vue sur la page d'accueil du site.

Le nombre d'espèces d'Ophrys augmente considérablement lorsqu'on se dirige vers le sud.

Commençons donc notre périple méditerranéen au Portugal et en Espagne.
La péninsule ibérique occupe l'extrémité occidentale de l'aire de répartition des Ophrys. Il ne faut dès lors pas s'étonner que le nombre d'espèces y soit plus faible que dans les pays situés plus à l'est.
Il y en a néanmoins de très belles, comme
O. atlantica, qui existe aussi en Afrique du Nord, mais que vous voyez ici en Andalousie. La photo est un peu vieillie, mais je n'en ai pas de meilleure.
O. fusca fut décrit des environs de Lisbonne, où cette dia a été prise.
Les deux espèces précédentes sont des PSEUDOPHRYS tandis que les deux suivantes sont des EUOPHRYS. Cfr INTRODUCTION.
O. picta, est une charmante plante à petites fleurs assez commune en Algarve, dans le sud du Portugal, tandis qu'
O. subinsectifera, est endémique du nord de la péninsule, au sud des Pyrénées. Celui-ci a été photographié en Navarre par Marc Walravens.

En allant vers l'est, nous atteignons le Sud de la France où les Ophrys abondent, en particulier dans le Languedoc et en Provence. Voici venue l'heure des choix difficiles!
O. catalaunica est un superbe Ophrys, décrit originellement de Catalogne, mais qui existe aussi au nord des Pyrénées, où on l'appelle parfois O. magniflora, nom qui ne fait pas l'unanimité des spécialistes. Il est photographié dans l'Aude.
O. linearis, l'est, lui, dans les Bouches-du-Rhône.
O. lutea, l'Ophrys jaune, pousse dans de nombreux pays de la Méditerranée occidentale et est remplacé plus à l'est par d'autres espèces. Cette photo vient du Var.
O. philippi est endémique du Var, près de Toulon. Cette espèce, découverte au millieu du 19ème siècle, vient de refaire surface après une absence de près d'un siècle.
O. splendida est une plante magnifique qui mérite bien son nom. La photo est faite dans le Var.
Il y a de nombreuses autres espèces d'Ophrys plus au nord, en France, de même qu'en Corse.

L'Italie peut s'enorgueillir d'être le pays qui possède le plus d'espèces d'Ophrys. Est-ce dire que le choix sera encore plus délicat qu'en France et que je me limiterai à une sélection de quelques plantes remarquables!
O. bertoloniiformis est endémique du promontoire du Gargano, sur la côte adriatique.
O. biscutella provient aussi du sud-est du pays et, comme celle d'O. bertoloniiformis, la photo a été faite dans le Gargano en avril.
O. montis-leonis provient de la côte tyrrhénienne de l'Italie, en Toscane. Il s'agit ici d'une variété hypochrome, dépourvue de pigmentation, comme on en trouve, rarement, chez tous les Ophrys.
O. pollinensis appartient au même groupe qu'O. biscutella, mais pousse plus au sud, le long de la côte occidentale de l'Italie, en Campanie et en Calabre. Cette photo provient du Cilento, au sud de Naples.
O. tardans est une espèce remarquable, à floraison tardive. La diapositive a été faite par Pierre Delforge dans les Pouilles.
O. benacensis est une très belle orchidée qui pousse en Insubrie, dans le Nord de l'Italie, entre le lac de Côme et le lac de Garde, d'où provient cette diapositive.
O. benacensis x O. insectifera. Je ne résisterai pas au plaisir de vous montrer ce bel hybride d'O. benacensis et d'O. insectifera, photographié au monte Baldo, près du lac de Garde. La découverte d'un hybride naturel est toujours une grande joie. Le nom de celui-ci est O. x daneschiana.

La Sardaigne et la Sicile ont toutes les deux de remarquables Ophrys endémiques.
O. chestermanii, est un splendide Ophrys, aux très grandes fleurs sombres, endémique de Sardaigne. Il est photographié dans l'arrière-pays d'Iglésias. C'est de la même région que provient
O. normanii, autre endémique sarde.
O. lacaitae est sans conteste un des plus beaux Ophrys. C'est une plante à floraison tardive qui échappe en général aux orchidophiles qui visitent l'Italie au mois d'avril. De ce fait on l'a supposée éteinte pendant longtemps alors qu'elle n'est pas rare dans le sud du pays, et en Sicile, où elle a été photographiée par Marc Walravens.
O. mirabilis est un Pseudophrys rarissime, endémique de Sicile.

Nous voici en Grèce!
Nous sommes dans l'est du bassin méditerranéen et les Ophrys ont changé. De nouveaux groupes apparaissent et la spéciation, en particulier dans les îles, est intense.
Commençons par la Grèce continentale, où je me limiterai à trois espèces pour garder davantage de place pour les plantes insulaires.
O. ferrum-equinum est un Ophrys commun, photographié en Méssénie, dans le Péloponnèse.
O. helenae est un des Ophrys les plus spectaculaires grâce à son grand labelle rouge cerise dépourvu de tout dessin. Pierre Delforge l'a photographié en Epire.
O. tenthredinifera est une plante à large répartition dans le bassin méditerranéen, du Portugal à la Turquie. Celui-ci poussait en Laconie, dans le Péloponnèse.

La Crète, Rhodes et le Dodécanèse, Lesbos, et les Cyclades, Corfou et les îles ioniennes... Le monde de îles grecques est fascinant, tout comme les Ophrys qui y vivent. Je me limiterai, hélas, à quelques espèces, mais il y en a bien d'autres ailleurs sur le site.
O. andria est endémique d'Andros, la plus septentrionale des Cyclades.
O. basilissa est une plante très précoce. On l'a crue endémique de Crète, où cette photo a été faite en février, mais elle existe aussi à Naxos et Patmos.
O. cretica est une espèce commune et très variable de Crète.
O. lesbis fut décrit de Lesbos, d'où provient cette photo, mais existe aussi en Turquie.
O. regis-ferdinandii, un des Ophrys bleus, une couleur bien rare chez les orchidées, sauf peut-être en Australie et en Afrique du Sud, est abondant à Rhodes.
O. reinholdii existe en Grèce continentale, mais la photo vient de Rhodes où il fleurit abondamment, même lors des "mauvaises" années.

Et nous voici en Turquie!
Dans l'immense Anatolie, les orchidées et les Ophrys en particulier, abondent. Mais ils sont confrontées à une menace inattendue. On les déterre et leurs bulbes, séchés sont réduits en poudre, appelée "salep". Ce salep confère à la crème glacée une onctuosité délicieuse. Il est dès lors devenu très difficile de trouver des orchidées en Turquie sauf dans les vieux cimetières ottomans où tout est protégé. Ainsi tout voyage orchidologique en Turquie se transforme-t-il rapidement en rallye cimetière! Et il semble que maintenant même les cimetières ne soient plus tout à fait à l'abri des récolteurs de salep!!!
Cette pratique menace d'extinction beaucoup d'orchidées turques, et ce dans l'indifférence générale. Certes, je sais qu'il est très difficile de modifier les habitudes de toute une population. Que dirions-nous, en Belgique, en France ou en Italie si nous ne pouvions plus ramasser les champignions en automne? Il n'empêche qu'à notre époque où la protection de la nature est à la mode, bien peu de voix s'élèvent pour défendre les orchidées de Turquie. Ne pourrait-on pas créer, dans cet immense et magnifique pays, quelques réserves où la flore serait intégralement protégée? On peut toujours rêver!
O. cilicica compte parmi les Ophrys les plus élégants grâce à, son labelle très étroit et allongé. Pierre Delforge a photographié celui-ci prè de Diyarbakir.
O. climacis est une espèce splendide qui n'a été décrite qu'en 1998. Elle pousse près d'Antalya, dans le sud du pays.
O. isaura est une plante très rare. Sa plus importante population connue vient d'être pillée par les récolteurs de salep. Elle n'en est donc devenue que plus rare encore, et est peut-être menacée d'extinction. La photo est faite dans la province d'Antalya.
O. schultzei est une espèce orientale très singulière. Elle est photographiée dans la province d'Hatay, près de la frontière syrienne.
Les photos des trois dernières espèces sont dues à Karel Kreutz.

Notre voyage va s'achever à Chypre.
L'île d'Aphrodite possède une flore très riche, aux influences orientales bien marquées. Parmi les Ophrys, notons
O. elegans, endémique de l'île et photographié près de Nicosie, et
O. kotschyi, également endémique et sans l'ombre d'un doute, un splendide Ophrys!

Voila, notre petit voyage au royaume des Ophrys est terminé! J'espère qu'il vous a plu.
Je vous avais promis une vingtaine de diapositives, vous en avez vu trente-sept. Mais il reste bien d'autres espèces que vous pourrez vous amuser à découvrir quand il vous plaira de revenir visiter ce site.

Merci pour votre visite et à bientôt!

Go to LIST