OPHRYS NEWS 4


Just to prevent the OPHRYS NEWS 1, 2 and 3 pages to become to long to scroll down, further entries will be introduced on this new page.

Pour éviter que les pages OPHRYS NEWS 1, 2 et 3 ne deviennent trop longues à dérouler, les nouveaux articles figureront sur cette nouvelle page.


CONTENTS - SOMMAIRE
26
O. perpusilla
Greece
27
O. morio
Cyprus
28
O. medea, O. brachyotes
Croatia, Italy
29
O. rhodostephane, O. pharia
O. sepioides, O. schlechteriana
O. crassicornis, O. cerastes
O. ceto
Croatia, Greece
30
O. lepida
Sardinia
31
O. candica subsp. cytherea
O. holoserica subsp. graeca
O. holoserica subsp. libanotica
O. mammosa subsp. falsomammosa
O. mammosa subsp. posteria
O. oestrifera subsp. lemnosiana
Greece, Crete, Cyprus, Lebanon
32
O. lacaena
Greece
33
O. polyxo
Rhodes

Go to OPHRYS NEWS 1

Go to OPHRYS NEWS 2

Go to OPHRYS NEWS 3



26. O. perpusilla J.Devillers-Terschuren & P.Devillers 2004 (added December 17, 2004)


By a carefull study of the type material conserved in the Jany Renz Herbarium, Swiss Orchid Foundation, Basel, Switzerland, the authors have show that O. leucadica Renz and O. punctulata Renz are synonyms.
Two species of the O. funerea group coexist in western Greece. The name O. leucadica Renz (syn. O. punctulata Renz) applies to the species with medium-large flowers (lip length: 12-16 mm). The other one, with smaller flowers (lip length: 7-11 mm), which was until now named O. punctulata, lacks any name.
They coin for it the new name O. perpusilla J.Devillers-Terschuren & P.Devillers, the type specimen was recolted in Aetolia-Acarnina, close to Vlachomandra, April 20, 1990.
You will see some slides of O. perpusilla in group A3 (A3-7).

Bibliography follows the French text


À la suite d'une étude soigneuse du matériel originel conservé au Jany Renz Herbarium, Swiss Orchid Foundation, Bâle, Suisse, les auteurs démontrent qu'O. leucadica et O. punctulata sont synonymes.
Deux espèces du groupe d'O. funerea coexistent dans l'ouest de la Grèce, O. leucadica Renz (synonyme O. punctulata Renz), aux fleurs moyennes à grandes (longueur du labelle: 12-16 mm), et une autre, aux fleurs plus petites (longueur du labelle: 7-11 mm), qui n'a plus de nom.
Ils l'appellent O. perpusilla J.Devillers-Terschuren & P.Devillers, le type provenant d'Étolie-Acarnanie, près de Vlachomandra, 20 avril 1990.
Il y a quelques diapositives d'O. perpusilla dans le groupe A3 (A3-7).


Bibliography :
Devillers, P. & Devillers-Terschuren, J. 2004.- Petits Ophrys du complexe d'Ophrys fusca s.l. en Grèce occidentale. Natural. belges 85 (Orchid. 17): 247-249.

Back to HOMEPAGE
Go to LIST
Go to CLASSIFICATION


27. O. morio H.F. Paulus & Kreutz 2004 (added February 14, 2005)


The well known Cyprian representative of the O. mammosa group, with tall plants and flowers showing a very long top of the gynosteme has for long been named O. transhyrcana.
It flowers from mid-February to the end of March, sometimes in very large populations.
H.F. Paulus and K. Kreutz have renamed these Cyprian plants Ophrys morio, after the name of their pollinator Andrena morio, which is not the pollinator of O. transhyrcana.

Moreover, O. transhyrcana is a more eastern plant, distributed from south and southeastern Turkey, through the Middle East to the Zagros mountains in Iran. The type material came from Turkmenistan. On the contrary, in the present state of knowledge, O. morio only exists on Cyprus, and perhaps in southern Turkey.
Although O. morio has now already been formaly described, the presentation of its morphological differences with O. transhyrcana will be published in a forthcoming paper which will, of course, be refered to here in due course.

You will see slides of O. morio in group B12 (B12-10 B, slides 1-7), and slides of its hybrid with O. sicula in the section HYBRIDS, (O. morio x O. sicula = O. x demangeana, slides 1 and 2).

Bibliography follows the French text


Il existe à Chypre plusieurs représentants du groupe d'O. mammosa. La plante bien connue, de grande taille, au gynostème terminé en longue pointe, désignée jusqu'à présent sous le nom d'O. transhyrcana vient d'être renommée O. morio par H.F. Paulus et K. Kreutz, d'après le nom de son pollinisateur, Andrena morio, qui ne pollinise par contre pas O. transhyrcana.
La plante chypriote fleurit tôt, de la mi-février à la fin mars, parfois en colonies importantes.

Dans l'état actuel de nos connaissances, sa répartition semble limitée à l'île de Chypre, mais elle existe peut-être aussi dans le sud de l'Anatolie.
O. transhyrcana est une espèce plus orientale, distribuée du sud-est de la Turquie aux montagnes du Zagros en Iran, en passant par le Moyen-Orient. Le type provient du Turkménistan.

Bien qu'O. morio soit déjà décrit formellement, la présentation des différences morphologiques qui le séparent d'O. transhyrcana fera l'objet d'un article ultérieur dont le contenu, en son temps, complètera cette note.

Il y a des diapositives d'O. morio dans le groupe B12 (B12-10 B, dias 1-7), de même que de son hybride avec O. sicula dans la section HYBRIDES, (O. morio x O. sicula = O. x demangeana, dias 1 et 2).


Bibliography :
Kreutz, C.A.J. 2004.- The Orchids of Cyprus. Description, Pattern of Life, Distribution, Threat, Conservation and Iconography, 416 p. Spektra Druk B.V., Valkenburg aan de Geul, The Netherlands: 180-185, 415.

Back to HOMEPAGE
Go to LIST
Go to CLASSIFICATION


28. O. medea P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004, O. brachyotes Reichenbach 1830 (added April 9, 2005)


In the Numéro Spécial de la Section Orchidées d'Europe du Bulletin des Naturalistes belges, vol. 85 (Orchid. 17), 2004, Pierre Devillers and Jean Devillers-Terschuren have devoted three papers to the improvement of our knowledge of the genus Ophrys.
These papers were not only backed by extensive field observations made during numerous trips, but also by studying and taking photographs of extensive herbarium material in many European institutions, from London and Edinburgh to Vienna, Zurich and Basel, through Berlin, Stuttgart and Munich.

One of these papers is devoted to the O. tetraloniae group in northern Croatia and Italy, endemism rich regions, where the group is very present.
Most of these species flower quite on the late, the only documented exception being the April flowering O. linearis in southern France.

α) At the other end of the flowering season, O. tetraloniae flowers very late in the flysch zone of Istria. It is well differentiated by its pollinating agent, it's highly specialized ecology and its morphology.
Other species flower somewhat less on the late, together with O. apifera.

β) O. untchjii is of quite common occurence in Istria, and, to a lesser degree, in the Quarnero archipelago.
It has a very bulky lip, an important lateral pilosity and a usually green perianth although pink perianth plants are by no means very rare in the South of the Istrian peninsula. The species is also present on Krk island. (In Croatian when an "r" is isolated between two consonants, it's pronounced "eur". Krk is then "Keurk".)

γ) On Krk, beside O. untchjii grows another species, with pink perianth, somewhat more delicate flowers which can be fucifloroid or scolopaxoid. It's slightly more precocious and the only one of the two growing on Cres island. Authors give it the name of O. medea P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004.

δ)On Cres, when both O. untchjii and O. medea grow together, they hybrydize. The hybrid was given the name of O. x gerstlaueri by Fuchs in 1928.

η) Plants from more northern occurence, growing from the French Alpes-Maritimes to the Insubrian Italian lakes along the southern submediterranean foothills of the Alps, in particular close to the Garda lake where they are well documented, were named O. brachyotes by Reichenbach in 1830.
This forgotten name has to be restored and also applies to plants growing in the Euganean hills, very isolated in the plain of river Adige, south-west of Padova, Italy.

The paper is illustrated with eight colors photographs showing O. serotina, untchjii, brachyotes, medea and O. x gerstlaueri and a black-and-white photo of Reichenbach's type of O. brachyotes snapped in the Herbarium of the Natural History Museum of Vienna (Austria).

You will find slides of every mentioned species in the group B6.

Bibliography follows the French text


Dans le Numéro Spécial de la Section Orchidées d'Europe du Bulletin des Naturalistes belges, vol. 85 (Orchid. 17), 2004, Pierre Devillers et Jean Devillers-Terschuren ont consacré trois articles à l'étude des Ophrys.
Ces articles sont non seulement basés sur les observations réunies lors de nombreux voyages, mais aussi sur l'étude et la photographie d'un énorme matériel d'herbier préservé dans de nombreuses institutions européennes, de Londres et Édimbourg à Vienne, Zurich et Bâle, en passant par Berlin, Stuttgart et Munich.

Un de ces articles est consacré aux Ophrys du groupe d'O. tetraloniae dans le nord de l'Italie et de la Croatie, régions riches en endémisme où le groupe est bien représenté.
Beaucoup de ces espèces sont à floraison tardive, la seule exception actuellement bien documentée étant O. linearis qui fleurit en avril dans le sud de la France.

α) À l'autre extrémité de la période de floraison, on trouve O. tetraloniae, espèce très tardive, presque entièrement limitée à la zone des flysch d'Istrie, bien individualisée par son pollinisateur, son écologie particulière et sa morphologie.
Les autres espèces ont une floraison un peu moins tardive, correspondant à celle d'O. apifera.

β) O. untchjii est une plante abondante en Istrie et dans une moindre mesure dans l'archipel de Quarnero.
Il se caractérise par un labelle très bulbeux, une pilosité latérale importante et un périanthe le plus souvent vert, bien que des individus à périanthes blancs ou roses ne soient pas rares dans le sud de la péninsule. L'espèce existe aussi dans l'île de Krk. (Lorsqu'en croate un "r" est isolé entre deux consonnes, il se prononce "eur". Krk donne donc "Keurk".)

γ) À Krk, en plus d'O. untchjii existe un autre taxon, à périanthe rose, aux fleurs plus frêles, légèrement plus précoce, qui se présente sous forme d'exemplaires tant fucifloroïdes que scolopaxoïdes.
C'est le seul qui pousse à Cres et les auteurs lui attribuent le nom d'O. medea P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004.

δ) O. medea et O. untchjii s'hybrident lorsqu'ils poussent dans les mêmes stations à Krk.
Cet hybride a reçu en 1928 le nom d'O. x gerstlauteri Fuchs.

η) Enfin les populations qui existent depuis les Alpes-Maritimes en France jusqu'aux lacs d'Insubrie en Italie, en particulier au lac de Garde, ont été nommées O. brachyotes Reichenbach 1830, nom oublié qu'il convient de réhabiliter. Le type provenait des environs de Gênes et on peut lui rattacher les populations sub-méditerranéennes du rebord sud des Alpes et des collines Euganéennes, ces dernières trés isolées dans la plaine de l'Adige au sud-ouest de Padoue.

L'article est illustré de huit photographies en couleurs montrant O. serotina, untchjii, brachyotes, medea et O. x gerstlaueri et d'une photographie en noir et blanc du type de Reichenbach d'O. brachyotes, photographié dans l'Herbier du Musée d'Histoire Naturelle de Vienne (Autriche).

Vous trouverez des diapositives de toutes les espèces citées dans le groupe B6.


Bibliography :
Devillers,P. & Devillers-Terschuren,J. 2004.- Small-flowered Ophrys of the Ophrys fuciflora complex in the northern Adriatic and its approaches. Natural. belges 85 (Orchid. 17): 39-48.

Back to HOMEPAGE
Go to LIST
Go to CLASSIFICATION


29. Eastern scolopaxoid Ophrys - Ophrys scolopaxoïdes orientaux (added October 18, 2005)


Le texte français suit le texte anglais


In the Numéro Spécial de la Section Orchidées d'Europe du Bulletin des Naturalistes belges, vol. 85 (Orchid. 17), 2004, Pierre Devillers and Jean Devillers-Terschuren published a major paper devoted to the scolopaxoid Ophrys of the eastern Mediterranean bassin (east of the Adriatic sea) basing their arguments on the one hand on many observations made in the field between 1985 and 2004 in the Iberic peninsula, in France, Tunisia, Dalmatia and its archipelagos (Croatia), in continental Greece (Epiros, Macedonia, Peloponnese among others), on Lesbos and Crete. And, on the other hand on the study of many (750 were snapped) herbarium specimens in the most important European institutions (Kew, Edimburgh, Berlin, Basel, Vienna, Stuttgart, Munich, Jena and Zurich).
This interesting way of proceeding, quite different from that used by most other searchers who usually limit themselves to observed plants and just study their own herbar material (hopefully not too extensive...), let to outstanding results.
It's a long paper, with a series of closely argued points, just the taxonomical results of which will be presented here.

The main morphological characters attention was paid to are, in addition to the importance of the lip pilosity:

1. The length Lb of the lip.
2. Lengths Sp of sepals and Pt of petals.
3. The ratio C/S of the largest breadth of the stigmatic cavity to the largest optical breadth of the naturally folded lip. This ratio can only be evaluated on slides where the flower is snapped with a front view. It's very difficult, for example to evaluate the largest breadth of the lip in the field.

Mean values of these indicators are given in the table at the end of this abstract.

The first step was to identify plants described as O. oestrifera, O. cornuta and O. bremifera by the XIXth century authors, all these names being quite always and perhaps rashly used for every oriental scolopaxoid Ophrys. O. cornuta for plants with small flowers and long "horns", O. oestrifera for those having larger flowers and O. bremifera for those with shorter "horns".
The paper follows a geographical pattern.

1 Crimea
O. oestrifera is the name to be used for Crimean plants, Crimea being a very isolated "Mediterranean" region.

2 Caucasus and Hyrcanian system
These regions have no more been prospected for long and, for the time being, their Ophrys flora is rather poorly known. Many taxons live over there.

- A May flowering taxon.
- O. bremifera is an hybrid between O. apifera and a scolopaxoid Ophrys.
- In the pre-Caucasian hills of southern Russia and western Georgia, grows a taxon the dorsal sepal of which usually bent forward. It is O. abchasica (Kümpel) P.Delforge, to which every other caucasico-hyrcanian population actually known can be connected with.
- O. cornuta Steven, late flowering, is a Caucasian species which escaped recent detection.

3 Central and oriental Anatolia
Mountains and plateaus of central and oriental Anatolia are in orographic continuity with the Lesser Caucasus, the Zagros and the western Hyrcanian range and the checked herbarium material suggests that the quite variable plants growing over there belong to O. abchasica.

4 The Pontic range
This huge mountain range bordering the eastern Turkish coast of the Black sea is rich in scolopaxoid Ophrys. They are flowering from May to July and it's possible to differentiate two entities.

- Early plants referable to O. abchasica.
- Later plants, very different, with slender flowers and very long gibbosities on the lip which are, probably, referable to O. cornuta Steven.

5 Peri-Pannonic and western Pontic regions
In these regions the O. oestrifera group is represented by a number of local, isolated populations.

- The best documented one is that from Hungary, named O. bicornis Sadler in Nendtvich, which as far as we know, probably extends to Romania, Bulgaria, Serbia, Bosnia and maybe northern Greece, even reaching the northern Aegean islands.
- O. holubyana Andrasovszky from northern Hungary, Slovakia and the Czech Republic is made up of hybrid swarms between O. bicornis and a species of the O. oestrifera group.

6 Istria and the Quarnero archipelago (Croatia)
It grows over there a very distinctive large flowers species, already described as O. kvarneri by Perko and Kerschbaumsteiner in 2003 (See OPHRYS NEWS 2 n19) but for which existed a former name, O. zinsmeisteri Fuchs and Ziegenspeck (1928). It has quite a narrow distribution, limited to the islands of Krk, Losinj, Cres and the Istrian eastern coast.

7 Southern Dalmatian islands and coastlands (Croatia)
South of Zadar and on the islands of Hvar, Korcula and Miljet grows in the Mediterranean zone a scolopaxoid Ophrys with small flowers and very long gibbosities. It is certainly close to the O. oestrifera - O. bicornis complex, but takes on individual characteristics with a very large outer perianth of a strong colour. The authors of the paper give it the name of O. rhodostephane P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004.

8 An endemic species on the island of Hvar (Croatie)
On the island of Hvar, around Jelsa, grows an endemic species with very large flowers, a great variability of its lip transverse curvature, but anyway of great homogeneity.
It was given the name of O. holocericea subsp. maxima in 1976 by Vöth and Ehrendorfer, but turns out to be an independant taxon without any link to Cretan plants and is named by the authors of the paper O. pharia P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004.
It's a very narrow endemic much threatened by agriculture, and its future is the object of much concern.

9 Continental Greece
What preceeds leaves all Greek plants devoid of any name!
Greece is inhabited by many taxons very different from all those taken into consideration before. They are united by, let's say, "Greek" characters sometimes difficult to express, but among them shortness of the petals, a fusiform, ovoid or sepioid lip and a narrow stigmatic cavity compared to the lip, are noteworthy.
Anyway three taxons with large flowers seem to emerge.

a.- To begin with, a late plant with a very sepioid lip and a narrow stigmatic cavity, flowering in May-June in sub-Mediterranean areas of northwestern Greece, but also, probably growing on the Ionian islands, eastern Greece and the Peloponnese. It was named O. oestrifera subsp. oestrifera var. grandiflora by Willing & Willing in 1985, an unfit name at species level. The authors then propose for it the name of O. sepioides P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004.

b.- O. schlechteriana (Soó) J.Devillers-Terschuren & P.Devillers is a species with large flowers, long lips, broad stigmatic cavities, sometimes extremely so, close to but distinct from O. heldreichii to which group it belongs. It grows in Eastern Greece and Laconia flowering from the end of March to the end of April.

c.- A third species with large flowers, broad stigmatic cavities, but less so than those of the former species, with typical pilosity of the O. oestrifera group and very strong gibbosities on the lip, flowers from the end of March to the end of April in northwestern Greece, the Ionian islands and extends to Peloponnese.
It is O. crassicornis (Renz) J.Devillers-Terschuren & P.Devillers.

But the bulk of Greek plants have middle-sized flowers. They come into flowers in April and May all over Greece and its islands.
Probably many different taxons are involved, but waiting for new developpements the authors propose for them the name of O. cerastes P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004. The type material was collected close to Ioannina, Epiros, on April 28, 2002.
It's for sure a polytypic species often growing with a variety with very small flowers, O. cerastes var. minuscula (Thiele & Thiele) P.Devillers & J.Devillers-Terschuren.

10 Eastern Aegean, western and southern Anatolia
The authors dwell on the difficulties presented by the O. oestrifera and O. heldreichii groups in those regions, suspecting some yet undescribed species to grow over there.

11 Gargano peninsula (Italy)
It appears two different taxons of the O. oestrifera group to be present on the Gargano.

- An early one (April) evoking either O. bicornis, either O. rhodostephane or O. zinsmeisteri, or an independant taxon.
- A late one (end of May, June) which doesn't match any previously described species.

12 Crete, Rhodes and the outer Aegean arc

13 Central Aegean
Central Aegean populations with varied lip curvature (i.e. scolopaxoid and fucifloroid flowers) are probably best allocated to O. calypsus, but at least three other strictly scolopaxoid taxons belong to the O. oestrifera group.

- A late one with small to middle-sized flowers and long gibbosities perhaps belongs to O. cerastes.
- O. leptomera, described by Delforge from Euboea has light green sepals and petals.
- A third one is a taxon with rather large flowers for the group and short "horns". Its petals are of variable length and the very long lip with a strongly sepioid shape is diagnostic. It receives the name of O. ceto P.Devillers, J.Devillers-Terschuren & P.Delforge 2004.
The type specimen came from Paros. {It was recently discovered on Kythira (Z. Antonopoulos pers. comm.) which extends its distribution area further west.}

Here is the table of the mean values of the mophological characters used during the preparation of the paper.

Espèce
Lb
Sp
Pt
C/S
O. abchasica11.5 mm10.5 mm4.8 mm60%
O. cornuta9 mm10.2 mm4.2 mm?
O. oestrifera9.6 mm11.1 mm3.8 mm62%
O. bicornis10.1 mm11.3 mm4.2 mm60%
O. zinsmeisteri11 mm12.3 mm3.2 mm50%
O. rhodostephane8.8 mm12.5 mm3.7 mm54%
O. pharia13.7 mm13.9 mm4.9 mm45%
O. sepioides12.8 mm12.9 mm3.2 mm36%
O. schlechteriana11.4 mm11.6 mm3.7 mm70%
O. crassicornis11.4 mm12.2 mm3.5 mm?
O. cerastes9.7 mm11.5 mm2.8 mm45%
O. cerastes var.
minuscula
7.1 mm9.1 mm2.4 mm37%
O. ceto11.2 mm13.3 mm4.2 mm49%


The paper is illustrated with twelve colour photographs of Hungarian and Croatian species, numerous black-and-white photographs of herbarium specimens and reproductions of ancient drawings.

You will find slides of O. schlechteriana in group B8 c and of many of the other species evoked in group B8 b.

Bibliography follows the French text


Dans le Numéro Spécial de la Section Orchidées d'Europe du Bulletin des Naturalistes belges, vol. 85 (Orchid. 17), 2004, Pierre Devillers et Jean Devillers-Terschuren ont publié un article majeur consacré aux Ophrys scolopaxoïdes du bassin méditerranéen oriental (à l'est de l'Adriatique) en basant leur argumentation d'une part sur de très nombreuses observations réalisées sur le terrain entre 1985 et 2004 dans la péninsule ibérique, en France, en Tunisie, en Dalmatie et ses archipels (Croatie), dans les îles Ioniennes (Grèce), en Grèce continentale (Épire, Macédoine, Péloponnèse entre autres), à Lesbos et en Crète. Et d'autre part sur l'étude intensive de très nombreux (750) spécimens d'herbiers conservés dans de grandes institutions européennes (Kew, Édimbourg, Berlin, Bâle, Vienne, Stuttgart, Munich, Jena, Zurich).
Cette méthode très originale, la plupart des auteurs se limitant en général à l'étude du matériel observé et de leur propre herbier (que l'on peut espérer ne pas être trop volumineux...), a permis d'obtenir des résultats remarquables.
Il s'agit d'un article long, à l'argumentation fouillée, dont seuls les résultats taxonomiques principaux sont présentés ici.

Parmi les principaux caractères morphologiques utilisés notons, outre l'importance de la pillosité labellaire:

1. La longueur Lb du labelle,
2. Les longueurs Sp et Pt des sépales et des pétales,
3. Le rapport C/S de la plus grande largeur de la cavité stigmatique à la plus grande largeur optique du labelle. Ce rapport ne peut être évalué que sur des photographies prises de face ou des exemplaires d'herbiers eux aussi vus de face. Il est très difficile, par exemple, de mesurer la plus grande largeur du labelle d'une fleur observée dans la nature.

Les valeurs moyennes de ces indices pour les différentes espèces sont reprises dans le tableau qui se trouve à la fin de ce résumé.

Une première étape consistait à identifier les plantes décrites comme O. oestrifera, O. cornuta et O. bremifera par les auteurs du XIX ème siècle, tous ces noms étant communément, et sans grand discernement, appliqués à tous les Ophrys scolopaxoïdes orientaux, O. cornuta aux plantes à petites fleurs et longues gibbosités, O. oestrifera aux plantes à fleurs plus grandes et O. bremifera à celles dont les gibbosités du labelle sont courtes.

1 Crimée
O. oestrifera est le nom qui doit s'appliquer aux plantes de Crimée (Ukraine), région "méditerranéenne" très isolée, sans doute riche en endémismes.

2 Régions du Caucase et du système Hyrcanien
Ce sont des régions qui n'ont plus été prospectées depuis longtemps et dont les Ophrys nous sont mal connus à l'heure actuelle. Elles abritent plusieurs taxons.

- Un taxon fleurissant en mai.
- O. bremifera qui est l'hybride d'un Ophrys scolopaxoïde et d'O. apifera.
- Dans les collines pré-caucasiennes du sud de la Russie et de l'ouest de la Géorgie il pousse un taxon dont le sépale dorsal se rabat souvent vers l'avant, O. abchasica (Kümpel) P.Delforge, auquel on peut provisoirement rattacher toutes les populations caucasico-hyrcaniennes connues à l'heure actuelle.
- O. cornuta Steven, à floraison tardive, est une espèce caucasienne qui n'a pas été retrouvée récemment.

3 Anatolie centrale et orientale
Les montagnes et les plateaux d'Anatolie centrale et orientale s'inscrivant dans la continuité du massif Hyrcanien, du Zagros et du Petit Caucase, le matériel d'herbier étudié suggère de rattacher les plantes, assez variables, de ces régions à O. abchasica.

4 La Chaîne Pontique
Ce grand massif turc, qui borde l'Anatolie nord-orientale le long de la mer Noire, est riche en Ophrys scolopaxoïdes. Ils y fleurissent de mai à juillet et on peut distinguer deux entités.

- Des plantes précoces, référables à O. abchasica.
- Des plantes tardives, aux fleurs plus grêles, munies de longues gibbosités, qui se rattachent à O. cornuta Steven.

5 La région péri-pannonique et l'ouest de la région pontique
Le complexe d'O. oestrifera est représenté dans ces régions par un nombre de populations locales, d'aires disjointes.

- La mieux connue est celle de Hongrie, O. bicornis Sadler in Nendtvich, nom qui dans l'état actuelle de nos connaissances, s'applique aussi aux plantes de Roumanie, Bulgarie, Serbie, Bosnie et probablement du nord de la Grèce, voire de certaines îles Égéennes septentrionales.
- O. holubyana Andrasovszky du nord de la Hongrie, de Slovaquie et de Tchèquie désigne sans doute des essaims hybrides entre O. bicornis et des représentants du groupe d'O. fuciflora.

6 L'Istrie et les îles de l'archipel de Quarnero (Croatie)
On y rencontre un taxon à grandes fleurs, très original, fleurissant en mai, décrit sous le nom d'O. kvarneri par Perko et Kerschbaumsteiner en 2003 (Voyez OPHRYS NEWS 2 n19) mais pour lequel existait un nom plus ancien, O. zinsmeisteri Fuchs et Ziegenspeck (1928). C'est une espèce à distribution étroite, limitée aux îles de Krk, Losinj, Cres et à la côte orientale d'Istrie.

7 La côte et les îles de Dalmatie méridionale (Croatie)
Ces régions, au sud de Zadar et dans les îles de Hvar, Korçula et Miljet sont peuplées par un Ophrys scolopaxoïde à petites fleurs et longues gibbosités, caractéristique de la zone méditerranéenne.
L'espèce est certainement voisine du complexe d'O. oestrifera - O. bicornis mais diffère par le grand développement de son périanthe extérieur, vivement coloré. Les auteurs de l'article le décrivent sous le nom d'O. rhodostephane P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004.

8 Une espèce endémique de l'île de Hvar (Croatie)
Il existe sur l'île de Hvar, dans la région de Jelsa, une plante endémique à très grandes fleurs certes variables quand à la courbure de leur labelle, mais très homogène, qui avait été appelée O. holocericea subsp. maxima en 1976 par Vöth et Ehrendorfer, mais qui représente un taxon indépendant, sans rapport aucun avec les plantes crétoises, que les auteurs décrivent comme O. pharia P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004.
C'est une plante très rare, extrêmement menacée par l'agriculture et dont l'avenir est l'objet de grandes inquiétudes.

9 La Grèce continentale
Ce qui précède laisse toutes les plantes grecques sans noms !
Il y a en Grèce un ensemble de taxons très différents de ceux considérés plus haut. Bien que ce soit difficile à quantifier, les plantes grecques ont en général de très petits pétales, un labelle fusiforme, ovoïde ou sépioïde et une cavité strigmatique plutôt petite par rapport au labelle.
Trois taxons à grandes fleurs émergent toutefois du lot.

a.- Tout d'abord une plante tardive, au labelle largement sépioïde et à la cavité stigmatique étroite, qui fleurit en mai-juin dans les régions sub-méditerranéennes du nord-ouest de la Grèce mais qui existe sans doute aussi dans les îles Ioniennes, l'est de la Grèce et le Péloponnèse.
Elle avait été nommée O. oestrifera subsp. oestrifera var. grandiflora par Willing & Willing en 1985, nom inadéquat au niveau spécifique. Les auteurs proposent dès lors de l'appeler O. sepioides P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004.

b.- O. schlechteriana (Soó) J.Devillers-Terschuren & P.Devillers est une espèce aux grandes fleurs, aux labelles allongés, aux cavités stigmatiques larges, voire démesurément larges, voisine mais distincte d'O. heldreichii. Elle pousse dans l'est de la Grèce et en Laconie où elle fleurit de la fin mars à la fin avril, mais surtout vers la mi-avril.

c.- Une troisième espèce à grandes fleurs, à la cavité stigmatique large, mais moins que celle d'O. schlechteriana, à la pilosité typique du groupe d'O. oestrifera et aux fortes gibbosités labellaires fleurit de la fin mars au début avril dans le nord-ouest de la Grèce, les îles Ionniennes et atteint le Péloponnèse.
Il s'agit d'O. crassicornis (Renz) J.Devillers-Terschuren & P.Devillers.

Enfin, la grande majorité des plantes grecques a des fleurs de taille moyenne. Elles fleurissent en avril-mai dans toute la Grèce et ses îles.
Très probablement plusieurs taxons différents sont concernés, mais en attendant de nouveaux développements les auteurs proposent de leur donner le nom d'O. cerastes P.Devillers & J.Devillers-Terschuren 2004. Le type provient de Ioannina, en Épire, où il fut récolté le 28 avril 2002.
Il s'agit certainement d'une espèce polytypique qui pousse souvent avec une variété aux très petites fleurs O. cerastes var. minuscula (Thiele & Thiele) P.Devillers & J.Devillers-Terschuren.

10 Région égéenne orientale, Anatolie méridionale et occidentale
Les auteurs s'étendent sur les difficultés présentées par les groupes d'O. oestrifera et d'O. heldreichii dans ces régions et supposent l'existence d'espèces non encore décrites.

11 Péninsule du Gargano (Italie)
Il semble qu'il existe deux taxons différents du groupe d'O. oestrifera au Gargano.

- Un taxon précoce (avril) qui pourrait se rattacher soit à O. bicornis, soit à O. rhodostephane ou O. zinsmeisteri, soit encore constituer une entité indépendante.
- Un taxon tardif (fin mai, juin) qui ne se rattache à aucun taxon décrit à ce jour.

12 La Crète, Rhodes et l'arc égéen extérieur

13 La région égéenne centrale
Les populations centre-égéennes dont les labelles sont de courbure variable se rattachent probablement mieux à O. calypsus, mais trois autres taxons appartiennent au groupe d'O. oestrifera.

- Un taxon tardif, aux fleurs petites à moyennes, aux longues gibbosités, se rattache peut-être à O. cerastes.

- O. leptomera décrit d'Eubée, aux sépales et pétales verts.

- Un taxon aux fleurs plutôt grandes pour le groupe et aux "cornes" assez courtes. Ses pétales sont de longueur variable et la forme très allongée, sépioïde, de son labelle est frappante.
Il est décrit sous le nom d'O. ceto P.Devillers, J.Devillers-Terschuren & P.Delforge 2004. {Il vient d'être découvert à Cythère (Z. Antonopoulos pers. comm.), ce qui étend vers l'ouest son aire de répartition.}
Le type provient de Paros.

Voici le tableau rassemblant les moyennes des valeurs des caractères morphologiques utilisés lors de l'étude du matériel d'herbier:

Espèce
Lb
Sp
Pt
C/S
O. abchasica11,5 mm10,5 mm4,8 mm60%
O. cornuta9 mm10,2 mm4,2 mm?
O. oestrifera9,6 mm11,1 mm3,8 mm62%
O. bicornis10,1 mm11,3 mm4,2 mm60%
O. zinsmeisteri11,0 mm12,3 mm3,2 mm50%
O. rhodostephane8,8 mm12,5 mm3,7 mm54%
O. pharia13,7 mm13,9 mm4,9 mm45%
O. sepioides12,8 mm12,9 mm3,2 mm36%
O. schlechteriana11,4 mm11,6 mm3,7 mm70%
O. crassicornis11,4 mm12,2 mm3,5 mm?
O. cerastes9,7 mm11,5 mm2,8 mm45%
O. cerastes var.
minuscula
7,1 mm9,1 mm2,4 mm37%
O. ceto11,2 mm13,3 mm4,2 mm49%


L'article est illustré de douze quadrichromies montrant des espèces croates et hongroises, de nombreuses photos en noir et blanc de spécimens d'herbier et des reproductions d'anciennes figures.

Vous trouverez des diapositives d'O. schlechteriana dans le groupe B8 c et de plusieurs autres espèces traitées dans cet article dans le groupe B8 b.


Bibliography :
Devillers,P. & Devillers-Terschuren,J. 2004.- Scolopaxoid Ophrys of the Adriatic: Diversity and biogeographical context. Natural. belges 85 (Orchid. 17): 188-234.

Back to HOMEPAGE
Go to LIST
Go to CLASSIFICATION


30. O. lepida S.Moingeon & J.-M.Moingeon 2005 (added November 3, 2005)


Sylviane and Jean-Marc Moingeon have described in L'Orchidophile 166 a new species belonging to the O. subfusca group from Sardinia, O. lepida S.Moingeon & J.-M.Moingeon.
For some reasons this plant escaped description until now, although well known to many orchidists.
The paper gives full descriptions in Latin and French of the "new" species, and points out the differences between O. lepida and every other species of the group.
A good dichotomic key of the O. subfusca group is provided as well as a table showing the provenances of all the species.
The paper is illustrated by three magnificent photographies.

You will find more informations, and slides of O. lepida in the O. subfusca A8 group (A8-13).

Bibliography follows the French text


Sylviane et Jean-Marc Moingeon ont décrit dans L'Orchidophile 166 une nouvelle espèce du groupe d'O. subfusca poussant dans le centre de la Sardaigne, O. lepida S.Moingeon & J.-M.Moingeon.
Bien que connue depuis longtemps de nombreux orchidologues, cette plante a "échappé" jusqu'à présent à toute description.
L'article en donne des descriptions latine et française détaillées et fait soigneusement ressortir les différences qui séparent la "nouvelle" espèce de toutes les autres de son groupe.
Une excellente clé dichotomique du groupe est présentée, de même qu'un tableau reprennant les origines géographiques de tous les Ophrys du groupe d'O. subfusca.
Il est illustré de trois magnifiques photographies.

Vous trouverez davantage d'informations et des diapositives d'O. lepida dans le groupe d'O. subfusca A8 (A8-13).


Bibliography :
Moingeon,S. & Moingeon,J.-M. 2005.- Ophrys lepida, sp. nova, espèce de Sardaigne appartenant au groupe d'O. subfusca. L'Orchidophile 166: 173-178.

Back to HOMEPAGE
Go to LIST
Go to CLASSIFICATION


31. Six "new" Ophrys - Six "nouveaux" Ophrys (added December 12, 2005)


Le texte français suit le texte anglais


In view of the publication of a new field-guide about European and Mediterranean orchids, Helmut Baumann and Richard Lorenz have published in Journal Europäischer Orchideen 37 (3) a paper introducing a lot of taxonomical transformations but also the description of six new Ophrys taxa spotted in Greece, Crete, Cyprus and Lebanon.
You'll find here a short introduction to these "new" plants in which I respected the taxonomical status given to them by the authors, even when it doesn't match the taxonomy used all over this site.

1. O. candica subsp. cytherea B.Baumann & H.Baumann 2005.
This subspecies was discovered on the Greek island of Kythira in 1999.
All O. candica forms and subspecies are easily recognized by the extensive white macula on the lip and the short auriculated petals. The plants from Kythira are told apart from typical Cretan O. candica by longer sepals (10-13 mm), a smaller lip (9-11 mm long, 8.5-12 mm broad), strongly convex, a smaller appendix and an earlier flowering time. Petals are one quater shorter than sepals.
The plant was also spotted in southern Peloponnese (Lakonia).
Note: These splendid little Ophrys were found again on Kythira in April 2005 by Zissis Antonopoulos (Thessaloniki, Greece) who, with his usual kindness gave six slides of them for the site. Don't miss them, they are in group B5 (B5-14, slides 1-6).

2. O. holoserica subsp. graeca B.Baumann & H.Baumann 2005.
Note: Please take into account that the German school of orchidology always uses the name O. holoserica instead of O. fuciflora, and doesn't recognize that the O. fuciflora group is a strictly western and central Mediterranean one, the place of which is taken by the O. bornmuelleri group in the eastern Mediterranean bassin.
This subspecies grows in Lakonia in south Peloponnese close to O. lacaena but is easily told apart by larger flowers (lip is 14-16 mm long, 15-17 mm broad), by longer and green sepals (12-14.5 mm long).
Please note that in southern Peloponnese, O. candica subsp. cytherea, O. holoserica subsp. graeca and O. lacaena exist very close together and that the greatest caution is to be used when trying to put a name on the plant just growing in front of you.

3. O. holoserica subsp. libanotica B.Baumann & H.Baumann 2005.
In Lebanon the authors found two different plants belonging to the O. holoserica group (See note under n2).
One with large flowers was growing alone or mixed with the small flowers taxon. The latter also, in other localities, grew alone.
Plants with large flowers (length of the lip 15-18 mm) are referable to O. episcopalis.
Plants with small flowers (length of the lip 11-13.5 mm) to the new subspecies which also exhibits a reduced macula.

4. O. mammosa subsp. falsomammosa B.Baumann & H.Baumann 2005.
The Cretan O. mammosa are quite different from the typical populations from east Aegean islands and Turkey, and deserve a new name.
Most important differences are: Lip (12-15 mm long, 9-11.5 mm broad) strongly convex, more narrow with shorter gibbosities, not trilobated. Sepals (11-13 mm long, 5-6 mm broad) light green, the lower half of the lateral ones tinted violet. Petals (7.5-9 mm long, 2-3 mm broad) acute, triangular, yellow green.
The subspecies is of common occurence on Crete.

5. O. mammosa subsp. posteria B.Baumann & H.Baumann 2005.
This subspecies is described from Cyprus and also perhaps exists in southwestern Turkey.
It differs from typical O. mammosa by a dark lip strongly convex (13-16 mm long, 10-11.5 mm broad). The petals are glabrous, lanceolated (length 7-9 mm, breadth 2.5-3.5 mm), two thirds shorter than the sepals which are olive green with their lower half tinted brown.
It's a late flowering subspecies, hence its name.

6. O. oestrifera subsp. lemnosiana B.Baumann & H.Baumann 2005.
This subspecies was found on the island of Limnos.
The diagnosis is made by comparing it to O. schlechteriana and O. oestrifera although I don't know if these two species are understood the same way by B. Baumann and H. Baumann on the one hand and J. Devillers-Terschuren and P. Devillers on the other one.
From O. schlechteriana it differs by a lip with a very rounded lower part, a larger macula, more latterally extended.
It has larger flowers than O. oestrifera. Sepals (10-13.5 mm long, 5.3-8.5 mm broad), auriculated petals (4.3-6.3 mm long, 1.9-3.1 mm broad) one third to one half shorter than the sepals. Lip is strongly convex (11.5-14.5 mm long, 11-13.5 mm broad)
The subspecies is quite common on the island and very constant over there.

It's important to tell that these are just descriptions with some comments, and that more extensive papers about these subspecies are expected in the future.
The paper also presents the description of a new Serapias subspecies, S. orientalis subsp. moreana H.Baumann & R.Lorenz 2005 from Peloponnese.

Bibliography follows the French text


En vue de la publication d'un nouveau guide de terrain consacré aux orchidées européennes et du bassin méditerranéen, Helmut Baumann et Richard Lorenz ont publié dans Journal Europäischer Orchideen 37 (3) un article qui présente de très nombreuses modifications taxonomiques qu'ils estiment nécéssaires, mais aussi la description de six nouveaux Ophrys, tous au rang subspécifique.
Voici une courte introduction à ces nouveaux taxa dans laquelle j'ai respecté les options taxonomiques des auteurs même si elles ne sont pas en concordance avec la taxonomie adoptée ailleurs dans ce site.

1. O. candica subsp. cytherea B.Baumann & H.Baumann 2005.
Cette sous-espèce fut découverte en 1999 dans l'île grecque de Cythère.
Toutes les formes et sous-espèces d'O. candica se reconnaissent facilement à leur grande macule blanche sur le labelle et à leurs petits pétales auriculés. On distingue cependant les plantes de Cythère des O. candica typiques de Crète par leurs pétales plus longs (10-13 mm), leur labelle plus petit (9-11 mm de long, 8,5-12 mm de large), fort convexe, leur petit appendice et une floraison plus précoce.
Les pétales sont d'un quart plus courts que les sépales.
La plante a aussi été repérée en Laconie dans le sud du Péloponnèse.
Note: Ces splendides petits Ophrys ont été redécouverts à Cythère en avril 2005 par Zissis Antonopoulos (Thessalonique, Grèce) qui, avec sa gentillesse habituelle, en a donné six diapositives pour le site. Allez les voir dans le groupe B5 (B5-14, dias 1-6), ils sont magnifiques.

2. O. holoserica subsp. graeca B.Baumann & H.Baumann 2005.
Note: Veuillez remarquer que l'école allemande d'orchidologie se sert toujours du nom d'O. holoserica en lieu et place d'O. fuciflora et semble ne pas reconnaître que le groupe d'O. fuciflora est strictement méditerranéen central et occidental, remplaç dans l'est du bassin par celui d'O. bornmuelleri.
Cette sous-espèce pousse en Laconie, dans le sud du Péloponnèse, tout près des O. lacaena dont elle se distingue aisément par des fleurs plus grandes (le labelle est long de 14-16 mm, large de 15-17 mm) et des sépales verts plus longs (12-14,5 mm).
Il faut prendre en compte le fait que dans le sud du Péloponnèse, O. candica subsp. cytherea, O. holoserica subsp. graeca et O. lacaena poussent ensemble et que la plus grande prudence est de mise lorsque l'on essaie de mettre un nom sur la petite orchidée qui pousse à vos pieds.

3. O. holoserica subsp. libanotica B.Baumann & H.Baumann 2005.
Au Liban les auteurs ont trouvé deux plantes différentes appartenant au groupe d'O. homoserica. (Cf. toutefois la note au numéro 2)
Celle à grandes fleurs poussait seule ou mélangée au taxon à petites fleurs qui, dans d'autres localités était le seul présent.
Les plantes à grandes fleurs (longueur du labelle 15-18 mm) sont référables à O. episcopalis.
Les plantes à petites fleurs (longueur du labelle 11-13,5 mm) à la nouvelle sous-espèce dont la macule est moins développée.

4. O. mammosa subsp. falsomammosa B.Baumann & H.Baumann 2005.
Les O. mammosa de Crète sont assez différents des populations typiques qui poussent dans les îles égéennes orientales et en Turquie, et méritent un nom particulier.
Les principales différences sont: un labelle (long de 12-15 mm, large de 9-11,5 mm) très convexe, plus étroit, non trilobé et muni de gibbosités plus courtes. Des sépales vert clair, teintés de rougeâtre dans la moitié inférieure des latéraux (longueur 11-13 mm, largeur 5-6 mm). Enfin des pétales aigus, triangulaires, vert jaune.
Cette sous-espèce est commune en Crète.

5. O. mammosa subsp. posteria B.Baumann & H.Baumann 2005.
Cette sous-espèce est décrite de Chypre mais existe peut-être aussi dans le sud-ouest de l'Anatolie.
Elle diffère des O. mammosa typiques par un labelle sombre, fortement convexe, long de 13-16 mm, large de 10-11,5 mm. Les pétales sont glabres, lancéolés, longs de 7-9 mm, larges de 2,5-3,5 mm, environ deux tiers plus courts que les sépales vert olive teinté de pourpre dans la moitié inférieure des latéraux.
C'est une sous-espèce à floraison tardive, d'où son nom.

6. O. oestrifera subsp. lemnosiana B.Baumann & H.Baumann 2005.
Cette sous-espèce est décrite de l'île grecque de Lemnos.
La diagnose se fait par comparaison avec O. schlechteriana et O. oestrifera, mais je ne sais pas si ces deux espèces sont perçues de la même manière par B. Baumann et H. Baumann d'une part, et par J. Devillers-Terschuren et P. Devillers de l'autre.
Elle se distingue d'O. schlechteriana par son labelle très arrondi en dessous et une macule plus étendue lattéralement.
Ses fleurs sont plus grandes que celles d'O. oestrifera. Sépales longs de 10-13,5 mm, larges de 5,3-8,5 mm, pétales auriculés longs de 4,3-6,3 mm, larges de 1,9-3,1 mm, d'une longueur variant du tiers à la moitié de celle des sépales. Le labelle, fort convexe, est long de 11,5-14,5 mm et large de 11-13,5 mm.
La sous-espèce est fréquente et très constante dans toute l'île.

Il faut noter qu'il s'agit uniquement de descriptions latines accompagnées de quelques commentaires, des articles plus détaillés sont prévus dans l'avenir.
L'article est accompagné d'une photo de chaque nouvelle sous-espèce et donne aussi la description d'une nouvelle sous-espèce de Serapias, S. orientalis subsp. moreana H.Baumann & R.Lorenz 2005 du sud du Péloponnèse.


Bibliography:
Baumann,H. & Lorenz,R. 2005.- Beiträge zur Taxonomie europäischer und mediterraner Orchideen. Jour. Eur. Orch. 37 (3): 705-743.

Back to HOMEPAGE
Go to LIST
Go to CLASSIFICATION


32. O. lacaena P. Delforge 2004 (added December 20, 2005)


Le texte français suit le texte anglais


Twelve years after having involved in the relationships uniting O. candica and O. minoa, Pierre Delforge makes an analyse in Les Naturalistes belges 85 (Orchid. 17) of our present state of knowledge of the O. bornmuelleri group in the eastern Mediterranean bassin.
In 1992 he upgrated O. candica subsp. minoa Alibertis & Alibertis to the species rank, with an extended distribution area, including Lakonia around Githio, and quite a large morphological variability.
But since 1992, many Ophrys populations regarded at the time as belonging to O. minoa, have now been splitted as as many independant species. They are all in this table:

AndrosO. andria
Amorgos
Astypalea
O. aeoli
Tinos
Naxos
Kimolos
O. thesei
Chios
Kos
Lesbos
O. homeri
KarpathosO. helios
RhodesO. halia
Eastern Anatolia
Tigris and Euphrates valleys
O. aramaeorum
Anatolia (Lycia)O. lyciensis


All these descriptions gave us a very different understanding of the group, the more so that it was shown O. minoa to be just a long horned variety of O. candica. Both plants grow together on the same sites with every possible in-between plants, particulary in western Crete and on Rhodes.
All this leaves the Laconian taxon devoid of any name, and it receives that of O. lacaena P. Delforge 2005.

You'll find slides of O. lacaena in group B5 (B5-15), five of them kindly given by Zissis Antonopoulos (Thessaloniki, Greece).
In the same group you'll also find O. candica (B5-13) and O. candica var. minoa (B5-15).

Bibliography follows the French text


Dans Les Naturalistes belges 85 (Orchid. 17) Pierre Delforge, douze ans après s'être occupé des relations O. candica - O. minoa, analyse la situation actuelle du groupe d'O. bornmuelleri dans l'est du bassin méditerranéen.
En 1992, il avait élevé O. candica subsp. minoa Alibertis & Alibertis au rang d'espèce indépendante, en lui attribuant une large aire de répartition, en particulier en Laconie, près de Githio, dans le sud du Péloponnèse, et en tolérant une assez grande variabilité morphologique.
Mais depuis 1992, plusieurs populations, à l'époque rattachées à O. minoa ont été isolées et décrites au rang spécifique. Elles sont reprises dans le tableau suivant:

AndrosO. andria
Amorgos
Astypaléa
O. aeoli
Tinos
Naxos
Kimolos
O. thesei
Chios
Kos
Lesbos
O. homeri
KarpathosO. helios
RhodesO. halia
Anatolie orientale
Vallées du Tigre et de l'Euphrate
O. aramaeorum
Anatolie (Lycie)O. lyciensis


Toutes ces descriptions ont profondément modifié notre compréhension du groupe, d'autant plus que l'on a montré qu'O. minoa n'est qu'une variété à longues gibbosités d'O. candica et que les deux plantes poussent dans les mêmes localités avec tous les intermédiaires possibles, en particulier en Crète occidentale et à Rhodes.

Tout ceci laisse le taxon laconien dépourvu de nom alors qu'il s'isole assez facilement des autres espèces du groupe par de nombreux caractères.
Il s'appelle désormais O. lacaena P. Delforge 2005.

Vous trouverez des diapositives d'O. lacaena dans le groupe B5 (B5-15), cinq d'entre elles aimablement données par Zissis Antonopoulos (Thessalonique, Grèce).
Dans le même groupe vous verrez aussi O. candica (B5-13) et O. candica var. minoa (B5-15).


Bibliography:
Delforge,P. 2004.- Un Ophrys lacédémonien. Natural. belges 85 (Orchid. 17): 235-244.

Back to HOMEPAGE
Go to LIST
Go to CLASSIFICATION


33. O. polyxo J. Mast de Maeght, M.-A. Garnier, J. Devillers-Terschuren & P. Devillers 2005 (added April 4, 2006)


Le texte français suit le texte anglais


It grows quite frequently on Rhodos a well known scolopaxoid Ophrys which was variously named O. bremifera or O. oestrifera.
But the researches made by J. Devillers-Terschuren and P. Devillers have shown these names to be inaccurate for a plant growing on Rhodos, O. oestrifera designating a taxon living in Crimea and O. bremifera a hybrid between O. apifera and a scolopaxoid Caucasian species. (See n29, above on this sheet)
This left the Rhodian plant devoid of any name, and it has then been renamed O. polyxo J. Mast de Maeght, M.-A. Garnier, J. Devillers-Terschuren & P. Devillers 2005.
O. polyxo is a plant with medium-sized flowers with the greatest breadth of the lip in its distal part.
The following table gives the mean values of 6 of its characteristics :

Length of lip9.8 mm
Length of sepals13.5 mm
Length of petals4.4 mm
Ratio
Lip/sepal
73 %
Ratio
Petal/sepal
32 %
Ratio
Stigmatic cavity/width of lip
45 %


All this does not match the characteristics of any other species of the different eastern Mediterranean scolopaxoid groups. Impressive indeed is the great length of the sepals which is almost equalled by those of O. ceto, but this latter species has a different lip shape and a very different lip/sepal ratio (85 %).
Due to much variation in the lip pilosity, O. polyxo most probably belongs to the O. heldreichii group.
The paper compares at length O. polyxo to other oriental scolopaxoid Ophrys, analyses relationships between Cretan and Rhodian O. heldreichii and tackles with repartition, habitat and protection problems. It is illustrated with four colour photographies of the holotype.

You will find slides of O. polyxo in group B8c (B8c-8).

Bibliography follows the French text


Il pousse à Rhodes un Ophrys scolopaxoïde bien connu, que l'on désigne généralement comme O. bremifera ou O. oestrifera.
Or les travaux de J. Devillers-Terschuren et P. Devillers (voir plus haut, sur cette page, le n29) ont montré que ces noms sont inadéquats pour une plante de Rhodes. O. oestrifera désigne en effet un taxon isolé en Crimée et O. bremifera l'hybride d'O. apifera et d'un Ophrys scolopaxoïde caucasien indéterminé.
Ceci laisse la plante de Rhodes sans nom et elle vient d'être renommée O. polyxo J. Mast de Maeght, M.-A. Garnier, J. Devillers-Terschuren & P. Devillers 2005.
O. polyxo est une plante aux fleurs de taille moyenne dont le labelle présente sa plus grande largeur dans sa partie distale.
Le tableau que voici résume ses principales caracté:ristiques :

Longueur du labelle9,8 mm
Longueur des sépales13,5 mm
Longueur des pétales4,4 mm
Rapport
labelle/sépale
73 %
Rapport
pétale/sépale
32 %
Rapport
cavité stigmatique/largeur du labelle
45 %


Tout ceci ne correspond à aucune autre espèce d'Ophrys scolopaxoïde de l'est méditerranéen. La grande longueur des sépales se retrouve chez O. ceto, mais le rapport labelle/sépale est très différent chez ce dernier (85 %), de même que la forme du labelle.
L'importante variabilité de la pillosité labellaire permet d'intégrer O. polyxo au groupe d'O. heldreichii.
L'article compare longuement O. polyxo aux autres Ophrys scolopaxoïdes de la région, aux différences qui pourraient séparer les O. heldreichii de Crète et de Rhodes de même qu'aux problèmes de répartition, d'habitat et de conservation. Il est illustré de quatre photographies en couleurs de l'holotype.

Vous trouverez de nombreuses diapositives d'O. polyxo dans le groupe B8c (B8c-8).


Bibliography :
Devillers,P. & Devillers-Terschuren,J. 2004.- Scolopaxoid Ophrys of the Adriatic: Diversity and biogeographical context. Natural. belges 85 (Orchid. 17): 188-234.
Mast de Maeght,J., Garnier,M.-A., Devillers-Terschuren,J. & Devillers,P. 2005.- Ophrys polyxo, a scolopaxoid Ophrys from Rhodes. Natural. belges 86 (Orchid. 18): 147-155.

Back to HOMEPAGE
Go to LIST
Go to CLASSIFICATION